Catalogue d'exposition Thé, café ou chocolat ? Les boissons exotiques au XVIIIe siècle Agrandir l'image

Catalogue d'exposition Thé, café ou chocolat ? Les boissons exotiques au XVIIIe siècle

Louées pour leurs vertus médicales et thérapeutiques, les boissons dites « exotiques », introduites au XVIIe siècle en Europe, ont été associées aux plaisirs et aux sociabilités du XVIIIe siècle.

29,00 €

Livraison à 0,01€ à partir de 29€ d'achat (France métropolitaine)

Expédié sous 3 à 6 jours


Editeur(s) - Paris Musées
Format - Ouvrage relié
Nb. de pages - 176
Langue - Français
Référence LIV_9782759602834
Artiste-Genre Arts décoratifs, XVIIIe siècle
Auteur(s) Sous la direction de Rose-Marie Mousseaux
Editeur(s) Paris Musées
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 176
Langue Français
Dimensions 240 x 180
Technique(s) 90 illustrations
Date parution 2015
Musée Musée Cognacq-Jay, musée du XVIIIe siècle, Paris

Catalogue d'exposition Thé, café ou chocolat ? Les boissons exotiques au XVIIIe siècle, présentée au musée Cognacq-Jay, musée du XVIIIe siècle, Paris (26 mai - 27 septembre 2015).

Les boissons dites « exotiques », introduites au XVIIe siècle en Europe, doivent leur développement au succès qu’elles rencontrent d’emblée à la cour de Louis XIII puis de Louis XIV, dont les épouses originaires de famille espagnoles sont de ferventes amatrices de chocolat.

Bientôt devenues à la mode, ces nouvelles boissons suscitent l’apparition de mobiliers et de services adaptés à leur dégustation. Elles sont aussi à l’origine de nouveaux lieux de consommation publique, les cafés, qui fleurissent à la fin du XVIIIe siècle, et de nouvelles pratiques de table, telles le petit déjeuner et le goûter.

Œuvres peintes, gravures, services manufacturés illustrent, dans cet ouvrage raffiné, la préparation de ces boissons, leur consommation, publique ou privée, et, à travers des objets issus du commerce d’importation, le goût pour l’Orient, commentés par un historien de la gastronomie, un spécialiste de la porcelaine et un conservateur du Patrimoine. Un livret de recettes du XVIIIe siècle complète l’ensemble.